Nintendo-pokémon Index du Forum
 
 
 
Nintendo-pokémon Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Hey ! Welcome on NP ! 
 I

  .   Ce mois ci sur le forum   .
    
I

Météo  .
    
I

 .  Annonces  .
    
I

 .  Partenaires  .
    
I

  .   Staff    .
    
 I

 .  Infos RPG ~   .
    
 I
    
I
I
I
I
I
I
I
I

Le forum est entièrement reconstruit !

Un nouveau RPG ! & une meilleure page
d'accueil ^-^


Bref , que du positif !
    

I
I
I
I
I
I
I
I

Quelques flocons
de neiges tombent
Mais le soleil est
au rendez vous !
    

I
I
I
I
I
I
I
I

Harygina Rayugine
s'est inscrit !
 Accueillons
le chaleureusement !

I
I
I
I
I
I
I
I




I
I
I
I
I
I
I
I

Zadmins :
Évoli
Myûû Miss
Arcturius
Pokabulrai
Lulune
  Hotaru
I
I
I
I
I
I
I

I

 

I
I
I
I
I
I
I
I



♫ . Little Goddess ~

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nintendo-pokémon Index du Forum ->
A R T I S T I C . Z O N E
->

F A N . F I C ' S

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Akylen
◊ Nouveau membre

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2009
Messages: 22
Localisation: Dans une cuisine
Féminin Balance (23sep-22oct)
Blâmes: 0/3
Points :: 105
Aimes tu le fofo?: Sais pas 8D
NP ¥: 20

MessagePosté le: Sam 3 Avr - 14:29 (2010)    Sujet du message: ♫ . Little Goddess ~ Répondre en citant

Come-back de la mort pour poster une fan fic, lol. I'm gonna kill you. WOOT *ZBAF*

Donc, il s'agit d'une fan fic écrite par moi et une amie, n'hésitez pas à donner votre avis %) Nous écrivons les chapitres à tour de rôle, le premier chapitre étant écrit par mon amie.

CHAPITRE 1
 
« On peut espérer que, lorsqu'ils seront les maîtres du monde, les insectes se souviendront avec reconnaissance que nous les avons plutôt bien nourris lors de nos pique-niques. » / S. G. Colette

          Ma maison ne se trouvait plus qu'à cinq cents mètres, et pourtant, je n'ai jamais pu l'atteindre. Jamais plus ouvrir la porte, serrer ma mère contre moi, ni jouer tranquillement avec ma petite chienne Emy, et encore moins me disputer avec mon petit frère, Mathias. Finis les déjeuners en famille, les soirées MSN avec Aku' et Yumein, les week-end à réviser l'histoire-géo et à maudire les profs. Terminées les nuits trop courtes à lire ou à écrire, à regarder la télé à travers le trou de la serrure menant sur le salon, à espérer que jamais le réveil ne sonne.
Bref, fini le petit train-train habituel.
Ma demeure se situait à l'écart de la ville, au milieu des bois, en amont de la montagne, de l'autre côté d'une rivière, que je devais, matin et soir traverser. J'avoue, contrairement à Aku', je n'avais rien d'une racaille, et j'avais plutôt peur de tout. Hormis les insectes, que j'idolâtrais. Effectivement, je passais des après-midi à observer les fourmis récolter des graines, parfois ramasser leurs cadavres. D'ailleurs je me demandais bien ce qu'elles comptaient en faire ; les manger ? les enterrer ? ou tout simplement les laisser pourrir ? Il y avait les gendarmes aussi, ces petits trucs tout laid à qui « j'apprenais à nager » dans une bassine lorsque j'étais gamine. Déjà une vraie psychopathe à l'époque !
Cette passion m'avait valu une réputation de fille «cheloue ». Mais à vrai dire, l'avis des autres me laissaient totalement indifférente. Le plus important, c'était Aku' et Yumein, n'est-ce pas ?
En plus de mon engouement pour les insectes, j'avais toujours admiré les arbres ; par leur grandeur, leur droiture, leurs bras. Tout. Surtout les sapins, qui ne perdent pas leurs épines en automne. Par leur allure si fière, ils semblaient intouchables, invincibles.
Bon, revenons-en à la rivière. J'ai une sainte horreur de l'eau. Évidemment, lorsqu'on a manqué de se noyer lorsqu'on avait six ans, on hésite toujours à enfiler un maillot de bain ! Depuis j'avais arrêté mes expériences avec les gendarmes. Après tout, qui sait si ce n'était pas leurs fantômes qui m'avaient poussée du pont, en quête d'une vengeance ? J'éclatai de rire à cette hypothèse ridicule.
Et pourtant, j'hésitai encore, j'hésitai encore à traverser ce pont qui hantait mes rêves depuis l'accident. Rassemblant tout mon courage, j'alignais timidement les pas, les yeux fermés, les mains enfoncées si fort dans le bois de la barrière, que je crus un instant y laisser des traces. Si Aku' et Yumein étaient là, j'en entendrai parler durant des années entières !
J'avançais si lentement que je mis trois bonnes minutes au moins pour franchir ce pont de trois mètres de long. Record battu. Enfin soulagée, je m'appuyais contre le poteau final et respirai un grand coup. J'avais peur de ce pont ? Non, c'était carrément devenu une phobie, un véritable cauchemar. Longtemps j'avais supplié ma mère pour déménager, m'éloigner à tout jamais de cette ignoble chose, et pourtant, elle trouvait toujours des raisons, aussi futiles soient-elles, pour rester. Comme si, tout ça n'avait aucune importance. J'avais failli y rester, mince !
Pour vous dire la vérité, j'ai toujours cru que ce pont était vivant. Et je ne blague pas cette fois-ci. Je  reste certaine de l'avoir vu trembler sans aucune raison sous mes pieds, tentant de basculer cette pauvre petite Sky sans défense par-dessus la barrière.
Enfin bon, il fallait rentrer maintenant. Après tout, devoir commun d'histoire-géo, demain !
Je marchais toujours doucement, fixant le parterre recouvert des épingles des pins géants. J'avais peur d'écraser une fourmi, ou encore une limace. J'ai pleuré toute une nuit le jour où j'ai écrasé un escargot.
Comme à son habitude, ma mère avait lâché le fauve dans le jardin. Et comme à son habitude le fauve s'était faufilé sous le portail pour venir me faire la fête. Oui, quand je dis « fauve », je parle de ma petite Emy, mon petit bébé de Yorkshire, pas plus grande que mon avant-bras. Sa laisse était attachée à son harnais, elle l'avait trainée jusqu'ici. Le message était clair comme de l'eau de roche : « Promène Emy, s'il te plaît ».
- Pas besoin de laisse dans les bois, allez, viens ici que je t'enlève ça, fis-je en la prenant dans mes bras, afin de la retirer.
- Waf ! Waf ! Aboya-t-elle, comme pour acquiescer.
Elle tenta de me mordre l'index, ce qui lui valu une petite tape sur le museau, puis je la relâchai par terre. Immédiatement, elle se mit à renifler le sol, et à avancer prudemment vers l'opposée du trajet habituel. Je la suivis, après tout, si elle avait besoin de changements, pourquoi pas ? Tant pis pour le contrôle d'histoire. Le régime de Vichy, Pétain, et tout, ça patientera !
- Hé, attends-moi ! Criais-je, loin derrière mon chien.
Elle n'avait que trois mois, et galopait déjà comme un petit lièvre, les oreilles aplaties sur son crâne, sautant par-dessus les branches des arbres, évitant au mieux les épingles éparpillées. Contrairement à moi, qui avais toujours été pathétique en endurance, malgré mes sprints à la dernière minute qui remontaient ma note de deux points.
Bientôt, Emy se stoppa devant un arbre au tronc creux, avant d'entrer à l'intérieur. Je retenais mon souffle. Cet arbre. C'était l'arbre où j'avais caché, une journée d'hiver une paire de godasses  volées. Je m'en souviens comme si c'était hier. J'étais encore en 4ème,  pendant la période des soldes. Aku', Yumein et moi, étions entrées dans une grande surface. Entre deux rayons, j'aperçus une paire qui me plaisait, malheureusement trop chère, et ce malgré l'écriteau « -25% ». Aku' s'en étant aperçue, me tendit la boîte et m'indiqua discrètement mon sac de classe. Devant ma surprise, elle avait finalement soupiré, et sortit les chaussures de la boîte, afin de les mettre dans mon sac. Elle avait demandé à Yumein de nous attendre devant la sortie du magasin. Enfin, Aku' s'était occupée du vigile, avec une histoire de porte-monnaie volé... du pipeau, quoi. Moi j'étais sortie discrètement du magasin, en même temps qu'une femme imposante, qui transportait au moins cinq boîtes. Bref, déclenchant ainsi le détecteur. Immédiatement, le vigile avait fait volte-face, et moi de lancer le sac à  Yumein, et elle de filer à toute vitesse, dévoilant ses talents de sprinteuse à toute la ville. Quant à moi, j'avais emprunté une autre direction, tandis que le garde poursuivait  Yumein de très loin. Enfin, je la retrouvai, à peine essoufflée, cachée dans une ruelle derrière deux grosses caisses et Aku' nous rejoignit quelques minutes plus tard, tout sourire.
- C'était marrant, hein ? m'avait-elle dit.
Oui, très marrant. Si marrant, que prise de remords, j'avais caché la paire de chaussures dans le tronc d'un arbre, espérant oublier  mon crime.
Et voilà qu'Emy me sortait la petite boîte, dans laquelle je les avais enfermées à tout jamais. Elle était pleine de terre et puait le moisi. Toute fière de sa trouvaille, Emy la tira jusqu'à moi. Et je m'aperçus qu'un trou avait été creusé dans le couvercle.
Hésitante et curieuse, je décidai de le soulever. Et je...
Et je n'oublierai jamais cette vision d'horreur. Je découvris cette chose immonde. Cette boîte pleine d'asticots et de cafards qui grouillaient, formant une véritable marée de pattes et de vermicelles blancs. Moi qui avais toujours aimé les insectes, je fis une exception ce jour-là.
Je lâchai la boîte, récupérai Emy qui reniflait les occupants du cercueil en bois, et me mis à courir, vers une destination très précise nommée « Ailleurs ». Avec horreur, je constatai que tous me poursuivaient, formant une queue leu leu derrière moi. Les asticots derrière, les cafards devant.
Le soleil descendait vers l'Ouest, bientôt, je ne verrai plus rien.
Mais le faible rayon qui perçait les branches des sapins me permit de les voir. Cette horde de papillons, ce bataillon de fourmis, ce régiment de moustique suivi par des scarabées, cette escouade de mantes religieuses, cette armée d'abeilles et de guêpes tueuses ; des millions d'insectes rien que pour moi !
Il était inutile de fuir ; j'étais totalement encerclée.
Comme pour répondre aux aboiements de ma chienne, totalement apeurée, ils grimpèrent sur mes chevilles, et montèrent ainsi jusqu'à ce que je sois totalement recouverte de pattes, d'ailes et de dards. Malgré mes cris et mes tentatives vaines pour m'en débarrasser, je ne ressemblais plus qu'à une masse gluante, difforme, terrifiante. Enfin je suppose, puisqu'ils recouvraient chaque molécule de peau de mon corps, et qu'il m'était impossible d'ouvrir les yeux.
Je serrais fort Emy dans mes bras, priant pour qu'elle n'ait pas la merveilleuse idée de manger nos geôliers.
Je tentai par tous les moyens de m'échapper, en vain, je ne pouvais plus bouger, ni respirer. Ils avaient bouché toutes mes voies respiratoires.
Et je m'effondrai par terre.
Ma dernière vision fut celle d'un gendarme se débattre dans l'eau de la rivière, passant sous le pont.
_________________
Ci-gît Akuma 1995-2010
.
[/right]


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 3 Avr - 14:29 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Évoli
 Coordinateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2008
Messages: 1 623
Localisation: Avec Évoli,Shaymin et Latias!
Féminin Lion (24juil-23aoû) 牛 Buffle
Objets: 5 Pokéball
Argent: 6 500 $
Vie des Pokémon:
Blâmes: 0/3
Points :: 100
Aimes tu le fofo?: Oui !

MessagePosté le: Dim 4 Avr - 00:49 (2010)    Sujet du message: ♫ . Little Goddess ~ Répondre en citant

C'est assez intéressant comme fic ^^ Je trouve que c'est bien, même si je crois que comme j'imagine ce que je lis, je suis un peu traumatisée XD

J'aime bien l'allusion à la fin à une partie du texte, avec les gendarmes et l'eau ^.^

Bonne continuation à toutes les deux, j'ai hâte de lire la suite : D


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:47 (2018)    Sujet du message: ♫ . Little Goddess ~

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nintendo-pokémon Index du Forum ->
A R T I S T I C . Z O N E
->

F A N . F I C ' S

Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com